Cartes Postales  |  Nous avons aimé  |  Points Forts  |  A choisir si  |  Infos Pratiques
Ile Rodrigues Points Forts

A voir
L'arrivée du bateau qui relie l'île à Maurice et
demeure le seul lien des habitants avec la mère patrie et la société de consommation. Quand le grand jour arrive, toute la population se rend au débarcadère pour accueillir ceux partis chercher du travail, un débouché comercial, ou une pièce détachée. Les acheteurs mauriciens débarquent et sélectionnent sur le quai les cochons, les chèvres ou les volailles qu'on leur apporte, vivantes, dans des cages de jonc tressé.

Le travail des " piqueuses d'ourits ", gros poulpes qui n'existent qu'ici et font le délice des Mauriciens. On ne les pêche pas mais on les " pique " quand la marée se retire avec un long bâton muni d'un croc. Ce sont les femmes rodriguaises, groupées maintenant en coopérative, qui se livrent à ce travail. Il faut se lever très tôt pour les voir à l'oeuvre.

A vivre
L'une des nombreuses fêtes qui, dans les restaurants locaux, les kermesses ou les petits hôtels permettent de découvrir la musique et la danse rodriguaises. Histoire de revenir à l'époque où l'on dansait la scottish, la valse, et la mazurka, Danses encore très prisées des créoles et qui s'appellent ici : le kotis, le laval, le mazok.

A entendre
Le sega qui, lui, continue à développer ses rythmes envoûtants. Il y a le sega tambour et le sega accordéon. De nombreux groupes animent les soirées, les villages et les fêtes familiales. Les plus célèbres se produisent dans les hôtels. L'accordéon est roi. On prétend qu'à Rodrigues il y a autant de musiciens que d'habitants.

A faire
Traîner dans le port pour y rencontrer des personnages hauts en couleur, paressant au soleil un petit verre de rhum à la main, ou attendant l'arrivée du prochain bateau. Il suffit de s'arrêter pour entendre un vieux capitaine au long cours vous raconter ses pérégrinations ou un " Monsieur France " évoquer pour vous L'ile Rodrigues et Maurice quand elle ressemblaient encore au décor de Paul et Virginie.

Pratiquer un ou plusieurs sports locaux :
plongée sous-marine, pêche au gros, planche à voile ou VTT.

A goûter
Les plats traditionnels rodriguais étaient à base de maïs. Il fut un temps remplacé par le riz pour cause de sécheresse. Mais on sert toujours de la purée de maïs avec le rougail d'ourites : ces savoureuses poulpes rodriguaises qui n'existent nulle part ailleurs. Les haricots rouges sont fameux.

Les bouillons de poissons évoquent de très loin notre bouillabaisse. Attention aux piments : savoureux mais très forts.

Les cochonnailles : jambon, porc boucané et autres charcuteries sont excellentes. Tout ça grâce aux anglais qui ont importé l'élevage du cochon pour avoir bacon et saucisses au petit déjeuner.

Côté dessert on a l'embarras du choix : pâtisseries au miel ou au " limon " local, tourtes à la papaye confite et à la cannelle.

Avant, après et entre les repas : le rhum sous toutes ses formes, avec ou sans jus de fruits. Histoire de mettre de l'ambiance.


  << Rubrique Pr�c�dente   |   Rubrique Suivante >>

Expedia

Travelscape
  Cartes Postales   |   Nous avons aimé   |   Points Forts   |   A choisir si   |   Infos Pratiques